logo

Jellyfish

Plus qu’une confiserie… Une philosophie
Unsplashed background img 1

Quel est le comble de la Barbe à papa ?

Tout le monde sait à quoi ressemble une barbe à papa. Mais peu de gens connaissent la genèse de cette confiserie.

L’histoire se déroule aux Etat-Unis. Nous sommes en 1897, au Tennessee dans la ville Nashville.

Depuis plusieurs semaines, deux hommes s’activent à l’élaboration d’une machine permettant de créer une confiserie d’un tout nouveau genre.

C’est le fruit d’une collaboration quelque peu singulière entre un confiseur Mr John C. Wharton et d’un dentiste Mr William Morrison.

Le processus est relativement simple mais ingénieux. Se servir de la force centrifuge d’un cylindre ajouré tournant à grande vitesse, dans lequel se trouvent des résistances.

D’une part, les résistances vont fondre le sucre qui se trouve à l’intérieur du cylindre. Lorsque celui-ci se liquéfie, il est propulsé à travers de petits trous et durcit automatiquement à l’extérieur du cylindre, au contact de l’air formant ainsi de longs fils sucrés.

Il ne reste plus qu’à saisir un bâton de bois et d’enrouler ce nuage de sucre blanc ou coloré artificiellement, pour le plus grand plaisir des petits comme des grands.

En 1904, les deux hommes présentent leur invention la « Fairy floss » auprès du grand public durant l’exposition universelle de Saint-Louis.

Les gens découvrent alors cette confiserie à l’aspect cotonneux, aussi grosse qu’un ballon, qui fond instantanément dans la bouche, et laisse un goût sucré légèrement aromatisé à la fraise.

Malgré le prix quelques peu élevé, le succès est indéniable – Ils en vendront plus de 68 500 durant l’événement.

Indémodable

De nos jours, barbe à papa reste un incontournable des fêtes foraines, des cirques ou toutes autres les manifestations estivales.

Sa saisonnalité en fait une attraction qui est toujours autant apprécié, année après année. Il existe désormais des barbes à papa aux multiples saveurs et couleurs bleue, jaune ou rouge vives, mais rien ne vaut la traditionnelle barbe à papa!


« »