logo

Jellyfish

Plus qu’une confiserie… Une philosophie
Unsplashed background img 1

Des bonbons thérapeutiques ?

Bonbons ou pastilles naturellement!

La toux n’est pas, au sens strict, une maladie mais un symptôme.

C’est un mécanisme de défense, un réflexe, qui se manifeste lorsque les voies respiratoires sont obstruées.

Bien souvent, la toux survient lors d’un refroidissement dû au changement de saison. Elle peut être sèche ou grasse.

Mais elle peut également avoir des origines diverses qui peuvent s’avérer être plus grave.

Dès lors, si une toux persiste, il est raisonnable et nécessaire de consulter un médecin afin de déterminer la cause exacte.

Pour apaiser une toux, il existe plusieurs remèdes naturels qui peuvent être consommés sous différentes formes.

Pastille ou gomme dur, grog, inhalation, boissons chaudes, chaque geste peut être salutaire dans de telles circonstances.

Plus on adopte de bons comportements, plus vite cette mauvais toux prendra fin.

Pastille pour la gorge © confiserie-jellyfish

Mais pourquoi utilise-t-on des bonbons ?

Qu’il soit au miel, à la réglisse, au propolis, à l’eucalyptus, ou encore au gingembre, les bonbons pour la gorge ont cette particularité d’être apaisant, doux et sucré, évidement.

Faisant ainsi le bonheur des enfants. On a tous simulé une mauvaise toux pour le plaisir d’une pastille au miel, non ?

De plus, les bonbons peuvent très bien s’associer et devenir doublement thérapeutique, comme les gommes propolis-eucalyptus et encore le réglisse en miel (anti-oxydant, anti-inflammatoire, antiseptique, et j’en passe), en plus d’être savoureux.

Un véritable plaisir qui nous donne un instant de répit, une consolation brève mais salutaire.

Pour ceux qui ne sont pas convaincu par les bonbons ou les pastilles pour la gorge, c’est sans doute que vous n’avez pas vécu ce moment si embarrassant, notamment lorsque l’on se trouve au cinéma ou pire, au théâtre !

Rien de plus gênant, qu’une quinte de toux qui vous prend en plein milieu d’une scène émouvante et silencieuse.

Bref, le bonbon vous permettra de saliver et donc de lubrifier votre gorge, déposant ainsi une couche protectrice, qui agira contre l’irritation.

Génial, non ?

Bonbonnière Réglisse © confiserie-jellyfish

TIKI le bonbon effervescent Suisse

Les confiseries ont cette caractéristique de nous émerveiller, de suscité des émotions et du plaisir, de réveiller en nous des souvenirs et de créer des liens socialement forts.

Quelques-en soit le rapport et l’appétence que nous avons avec ces produits sucrés, ils ont cette particularité de ne pas nous laisser indifférents.

C’est le bien cas du TIKI. Ce bonbon à l’esthétique épuré, de forme carrée et aux couleurs jaune, marron ou rose pastelle révèle toute sa singularité lorsqu’il entre en contact avec de l’eau ou le cas échéant avec notre bouche.

Il se produit alors, un effet surprenant d’effervescence.

Mais d’où provient se produit ?

C’est en 1907, en république Tchèque, qu’un chimiste du nom de Hynek Boleslav Allan, élabore les prémices du Tiki, sous forme d’une poudre effervescente.

Ajouter à de l’eau, cette poudre se transforme en une boisson sucrée et rafraichissante qui connaitra un succès bien au-delà des frontières allant même jusqu’à s’exporter vers les colonies Française.

1947 – Premier pas en Suisse

40 ans plus tard, son fils s’exile en Suisse avec la précieuse recette et s’installera à Lausanne ou il produira les tiki sous la forme de poudre mais aussi de pastille effervescente.

Dans les années 50, le Tiki se fait peau neuve.

Apparaît alors sur les sachets, le visage d’un enfant au sourire malicieux, tenant à la main un verre moussant, remplacement ainsi, le soleil léchant la mousse du fameux soda.

tiki

L’entreprise continue son ascension, diversifiant les goûts et les tailles de sachet et adapte son offre pour en faire un produit largement abordable.

Dans les années 70

On peut alors déguster des boissons (et des bonbons) au citron, à la framboise, à l’orange ainsi qu’au cola.

La délocalisation

L’essor est tel, qu’un grand producteur Italien décide, dans les années 80 de racheter la société.

Le succès n’est malheureusement pas au rendez-vous et le Tiki tombe en progressivement en désuétude.

Tiki Italien

Retour en Suisse

A la limite du l’extinction, la société est finalement rachetée en 1991, par la famille Domaco, qui décide de reprendre la production dans son usine à Lengnau, situé dans le canton de Argovie.

Une nouvelle impulsion est donnée, et de nombreux produits pétillants et acidulés font alors leur apparition, en mettant en image tanto un visage « Manga », tanto en faisant revivre le jeune garçon qui arborait fièrement le fameux soda, 60 ans plus tôt.

De nos jours…

En 2020, le Tiki est toujours produit et consommer à l’intérieur de la Confédération Helvétique, ce qui en fait un des rares bonbons typiquement Suisse.

Bien que la recette ait dû subir quelques modifications en raison d’une modification de la loi, on retrouve toujours les mythiques pastilles moussantes dans leur emballage rectangulaire.

Pour une limonade pétillante et rafraîchissante, la société Domaco à remplacer les sachets de poudre par des cannettes saveurs Framboise et cela mérite le détour !

Sachez que vous pouvez retrouvez vos ces bonbons à la confiserie Jellyfish.

Si vous souhaitez en savoir d’avantage, je vous mets le lien du site de Tiki! https://www.tiki.ch/fr/spass

Quel est le comble de la Barbe à papa ?

Tout le monde sait à quoi ressemble une barbe à papa. Mais peu de gens connaissent la genèse de cette confiserie.

L’histoire se déroule aux Etat-Unis. Nous sommes en 1897, au Tennessee dans la ville Nashville.

Depuis plusieurs semaines, deux hommes s’activent à l’élaboration d’une machine permettant de créer une confiserie d’un tout nouveau genre.

C’est le fruit d’une collaboration quelque peu singulière entre un confiseur Mr John C. Wharton et d’un dentiste Mr William Morrison.

Le processus est relativement simple mais ingénieux. Se servir de la force centrifuge d’un cylindre ajouré tournant à grande vitesse, dans lequel se trouvent des résistances.

D’une part, les résistances vont fondre le sucre qui se trouve à l’intérieur du cylindre. Lorsque celui-ci se liquéfie, il est propulsé à travers de petits trous et durcit automatiquement à l’extérieur du cylindre, au contact de l’air formant ainsi de longs fils sucrés.

Il ne reste plus qu’à saisir un bâton de bois et d’enrouler ce nuage de sucre blanc ou coloré artificiellement, pour le plus grand plaisir des petits comme des grands.

En 1904, les deux hommes présentent leur invention la « Fairy floss » auprès du grand public durant l’exposition universelle de Saint-Louis.

Les gens découvrent alors cette confiserie à l’aspect cotonneux, aussi grosse qu’un ballon, qui fond instantanément dans la bouche, et laisse un goût sucré légèrement aromatisé à la fraise.

Malgré le prix quelques peu élevé, le succès est indéniable – Ils en vendront plus de 68 500 durant l’événement.

Indémodable

De nos jours, barbe à papa reste un incontournable des fêtes foraines, des cirques ou toutes autres les manifestations estivales.

Sa saisonnalité en fait une attraction qui est toujours autant apprécié, année après année. Il existe désormais des barbes à papa aux multiples saveurs et couleurs bleue, jaune ou rouge vives, mais rien ne vaut la traditionnelle barbe à papa!

Jelly Belly : Des bonbons au goût Chaussette puante ou vomi, ca vous tente ?

C’est dans les années 2000 que la confiserie Américaine Jelly Belly s’inspire de la saga Harry Potter pour lancer ces fameux bonbons de Bertie Crochue aussi appelé dans un second temps Bean Boozled. De quoi ravir les aficionados de sorcellerie et de magie !

Pour la petite histoire, Bertie Crochue est un sorcier qui créa les confiseries aux goûts surprises. Harry Potter découvre ces bonbons lors d’un voyage en train pour se rendre à Poudlard – l’école des sorciers.

Reconnaissable par leur forme de « haricot », ils s’arborent différentes couleurs selon leur goût ; rose pour la fraise, jaune pâle pour la mangue, etc… Ca, c’est pour la version originale des Jelly beans.

En ce qui concernent les boites Bean Boozled, on retrouve les goûts traditionnels avec en plus, des bonbons moins savoureux tel que pet de putois, lait avarié ou œuf pourri. Bien sûr, il n’y a aucun moyen de les différencier des bons goûts…vous avez donc une chance sur deux de tomber sur un goût plus ou moins ragoûtant.

Ces bonbons ont fait l’objet d’un jeu ou plutôt de Challenge qui fut viral à travers les réseaux sociaux. Une boite contenant un plateau et une flèche mobile vous indique la couleur du bonbon à manger. Il y a plus qu’à gouter pour savoir si celui-ci à un bon ou un mauvais goût…

Actuellement, il existe 5 éditions les dernières saveurs étant guimauve grillée ou punaise ainsi que saveur gâteau d’anniversaire ou eau de vaisselle.

Ces bonbons font partis des incontournables pour vos soirées Halloween…

alors cap ou pas cap ?